Archives pour la catégorie Plaine de Nazca

La Plaine de Nazca

Les inscriptions les plus impressionnantes et les plus ambigües du monde ont été tracées dans le désert dans une région reculée du sud du Pérou. Par qui ? Quand et pourquoi ?

651nazcayann.jpeg

Il faut attendre 1927 pour que le site de Nazca soit connu et découvert. C’est au cours d’un vol qu’un pilote péruvien, survolant la région, découvre avec étonnement les premiers tracés au sol. Jusque là invisible du sol, il prend conscience de sa découverte.

Les archéologues s’intéressent au site : Dés 1939, soit plus de mille ans après la disparition des indiens Nazcas, l’archéologue Paul Kosok s’intéresse à la découverte du site et se rend sur place.

Parmi toutes les lignes géométriques de taille gigantesque qui s’y trouvent, on a identifié 18 figures animales gravées dans le sol, dont un singe, une araignée, des oiseaux, un lézard et un chien. Certaines lignes et dessins franchissent même des vallées et des montagnes, comme l’étrange homme-hibou ou homme extraterrestre.

Des tailles gigantesques !

Ce qui impressionne à Nazca est la taille de ces traces. Elle n’est perceptible que lorsque l’on survole le Site, en avion ou en ballon.
L’araignée représentée au sol atteint plus de 50 mètres. Le fameux colibri de Nazca, lui, atteint plus de 100 mètres de long et autant de large !
Des représentations gigantesques que les Nazcas ne voyaient pas
La situation de ces lignes géantes au milieu du désert aride qui n’enregistre que de très faibles précipitations annuelles a permis que ces lignes soient protégées de l’érosion et des outrages du temps.

301.jpg

696pxnazcalineasperroc01.jpg

nazcamonkey.jpg

L’existence des lignes de Nazca pose plus d’une question, mais la première qui vient à l’esprit est sans doute la suivante : puisqu’il est impossible de les observer à même le sol, pour qui furent-elles tracées et par quels moyens?

On ne réussit pas à dessiner parfaitement des figures dans la taille varie entre 50 m et 300 m de façon fort approximative. Ces dessins sont donc le résultat d’un long travail méthodique et très précis. Les pierres naturelles qui reposaient sur le sol furent soigneusement enlevées, et le sillon ainsi formé fut bordé par certaines d’entre elles afin d’accuser davantage son relief.

Plusieurs ont tenté d’élucider le mystère qui entoure toujours ces étranges géoglyphes. Malgré tout, les questions fusent de partout et les réponses sérieusement documentées se font rares pour ne pas dire inexistantes. Depuis la découverte des lignes, certains, à court d’arguments, ont même avancé qu’elles sont le résultat de l’intervention d’extraterrestres.

nazcaaraignee.jpg

Comment ont-ils réalisé ces dessins ?

Maria Reiche apportera, grâce à ses études de précieuses réponses à la question  » Comment ? « .

Les indiens Nazcas réalisèrent ses figurent en dégageant le sol aux endroits où étaient tracés les lignes constituants les figures.

Débarrassées des plus gros cailloux et pierres, les figures prennent naissances sur le sol.  Ceci est la première explication du  » Comment ?  » Par contre, cette question en sous entend une seconde : Avec quels moyens ? Jusqu’à présent, nous savons que l’aviation pris naissance au début du XX Eme siècle, éliminant de fait l’hypothèse de l’utilisation par les Nazcas d’un outil tel que l’avion ! Toutefois, plusieurs scientifiques ont émis l’hypothèse que les Indiens Nazcas aient su inventer et réaliser des ballons à air chaud. Plusieurs traces archéologiques de foyer important peuvent permettrent de pencher vers cette hypothèse.  En 1975, l’Américain Jim Woodman et l’aérostier anglais Julian Nott décident de tenter de fabriquer un ballon à air chaud avec les moyens de l’époque. Suite aux découvertes des momies Nazcas, les scientifiques connaissent parfaitement la constitution des bandes de toiles et des cordes ayant servies à la momification des corps.

Les deux aventuriers décidèrent donc de réaliser leur ballon avec les mêmes méthodes de fabrications, pour les cordes et les toiles, que les Indiens Nazcas utilisaient.

Une partie du résultat fut concluent puisque leur ballon s’éleva à une hauteur de 90 mètres, mais chuta brutalement au risque de tuer les deux aérostiers. Il était démontré que les Indiens Nazca auraient pu se servir de cette méthode et créér des ballons pour superviser le traçage des lignes des différentes figures. Hélas, ce n’est qu’une hypothèse, certes sérieuse, mais dont aucun autre fait archéologique ne permet d’étayer avec certitude.

Cette hypothèse reste alléchante car, sur les flans de certaines collines bordant le plateau de Nazca, on peut voir d’autres dessins de très grandes dimensions mais de factures plus primitives qui, eux, sont attribués aux indiens Paracas, prédécesseurs des Nazcas dans cette région.

nazcatrapezoids3e1.jpg

nazlignes.jpg

Finalement que pouvons nous dire de Nazca ?

Nul ne peut contester le fait que Nazca est un formidable trésor archéologique. Avec peut de moyens, des hommes d’une civilisation datant des premiers siècles avant notre ère, jusqu’à environ l’an 900, réalisèrent des travaux étonnants. Ils eurent la volonté de laisser des traces d’un savoir que nous avons du mal à comprendre de nos jours. Il est important de se rappeler qu’ils s’implantèrent dans un lieu où, déjà, les Indiens Paracas avaient réalisé des figures gigantesques. Cette remarque en appelle une autre : Est-ce les hommes qui décidèrent de ce lieu ou est-ce le lieu qui décidèrent les hommes à s’implanter ? Nous pouvons nous interroger sur réflexion. Il est étonnant qu’une volonté commune lie deux peuples, probablement ressemblant mais sûrement différents, à des époques si différentes. Il est relativement facile de penser que ce lieu ait été chois dans un concept religieux. Ce lieux avait un attrait magique, mystique pour ces peuples. Connaissaient-ils eux-même les raisons de cette divinité du lieu ? Il semble évident qu’ils avaient la volonté de communiquer avec quelques choses de lointain. Doit-on penser au  » lointain  » de l’esprit tels les dieux ou les divinités de leurs religions ou devons-nous penser au  » lointain  » de l’espace ? L’aspect mystique des peuples de l’Amérique du Sud ne fait aucun doute. Par contre nous savons que les sciences les attiraient et qu’ils connaissaient déjà de nombreux principes physiques. Plusieurs fois les archéologues officiels furent confrontés à des découvertes étonnantes dans des lieux ou des tombaux précolombiens. Il y a quelques décennie ils découvrirent dans une tombe une sculpture représentant un avion …

Pouvons-nous penser que les lieux choisis par les Indiens Paracas et les Indiens Nazcas étaient en relation avec l’espace ?

Peut-on penser que les représentations dans les sables de Nazca étaient destinées à des messages vers l’espace ?

D’ailleurs, n’avons-nous pas fait la même chose pour les sondes spatiales Voyager en plaçant une plaque d’identification à leur bord ?

Les traces de Nazca

Ces emplacements à flanc de colline nous démontrent, avec certiture, que les Indiens Paracas avaient besoin de prendre du recul pour réaliser leur oeuvres, d’où la nécessité de placer leurs travaux sur des flancs de collines. Cette réflexion accrédie d’office l’hypothèse que les NAzcas savaient « prendre de la hauteur » pour contempler et finaliser leurs oeuvres ! La question du « Comment » ? demeure encore entière ! Quoi qu’il en soit les Indiens Nazcas durent trouver une astuce ou des outils leur permettrant de réaliser, à grande échelle, ces figures qui nous surprennet depuis plus d’un siècle.

Maria Reich affirmait que les Nazcas procédaient, au préalable, à la construction de maquettes leur permettant, ainsi de reproduire les figures à des échelles incroyablement plus grandes que les maquettes d’origines. Seules des traces de ces maquettes semblent avoir été découvertes par l’archéologue allemande. Toutefois, rien ne permet d’être sur que cette hypothèse puisse nous conduire à une certitude.

Les traces de Nazca : Pourquoi ?

L’ensemble de la communauté scientifique se perd en conjectures ! Maria Reiche soutenait la théorie que les lignes droites constituant également les traces de Nazca étaient un calendrier astronomiques permettant de connaître et de calculer les dates et les saisons. Cette théorie tint peu avec l’évolution des technologies et l’arrivée de l’ordinateur. En 1968, l’astronome Américain Gérald Hawkins se servant de ces nouvelles technologies, démontra que l’ensemble de ces lignes ne permettait pas de constituer un calendrier astronomique.

Les années se suivent et les lignes de Nazca continuent à stupéfier les touristes et à déconcerter les historiens. Leur message est peut-être inscrit dans le sol, mais le désert refuse toujours de dévoiler ses secrets.
Les années se suivent et les lignes de Nazca continuent à stupéfier les touristes et à déconcerter les historiens. Leur message est peut-être inscrit dans le sol, mais le désert refuse toujours de dévoiler ses secrets.

nazcahomme.jpg

nazcaspider.jpg



Auteur: Krystal78

krystal78

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Citation de la semaine

Le voyage est un retour vers l'essentiel !

Pégase

Pégase

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Commentaires récents

Sondage

Vous reconnaissez-vous dans cette horoscope ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Bahias de Huatulco |
TOUT SUR LE MAROC DONT LA F... |
internationalgeneration |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Somewhere in Quebec...
| LES CM2 DANS LE 74
| sicilesud